Combustible nucléaire

De l’exploitation du minerai au site de stockage des déchets ultimes, nous opérons dans tout le cycle du combustible.

Le cycle du combustible nucléaire est indissociable de toute activité dans cette industrie. Il comporte l'ensemble des activités, de l’exploitation des mines d'uranium au stockage en profondeur des déchets ultimes en passant par la conversion et l’enrichissement de l’uranium, la fabrication du combustible, le recyclage et le traitement de combustibles usagés. Travailler sur le cycle du combustible, c'est travailler au sein même de l'industrie nucléaire. Car avant de pouvoir servir, que cela soit dans un réacteur de production d'électricité ou un réacteur expérimental, l’uranium doit être extrait du minerai, transformé et enrichi. S’ensuit alors la fabrication de combustible.

Il en va de même pour l'aval du cycle. Après utilisation dans un réacteur, le combustible usé est traité et, en fonction de l'espèce chimique, reconditionné en combustible ou entreposé en attente du stockage en profondeur.

Ces deux grandes étapes, amont et aval, sont capitales au sein de l'industrie nucléaire. Mais quelles sont-elles plus précisément ?

Tout commence dans les mines, où est extrait le minerai d'uranium naturel. Cet uranium est par la suite concentré sous la forme du "yellow cake" avant d'être envoyé dans une installation d’enrichissement et de conversion.

L'enrichissement est une technique qui permet de passer d'un taux en uranium 235 de 0,7% à environ 3% (pour le combustible de type REP) jusqu'à 20% (pour les réacteurs expérimentaux).

Après enrichissement, l'uranium subit de nouvelles transformations chimiques afin de produire du dioxyde d'uranium UO² qui sera transformé en pastille, puis inséré dans des gaines en alliage de zirconium. On obtient ainsi les barres de combustible.

Après utilisation au sein d'un réacteur, le combustible usé est refroidi en piscine, puis envoyé dans une usine de traitement. L'uranium, le plutonium et les déchets ultimes (actinides mineures, produits de fissions) sont séparés chimiquement et transférés dans les filières adaptées.

L'uranium peut servir à produire à nouveau du combustible, le plutonium est parfois utilisé pour produire du combustible MOX et les déchets ultimes sont vitrifiés et entreposés en attente de stockage.

Sofren intervient dans les domaines présentés ci-dessus, tant dans la partie amont (participation à la conception et construction de l'usine d'enrichissement Georges Besse II) que dans la partie aval (multiples projets en partenariat avec des acteurs-clé du secteur, ainsi que l'usine de traitement des combustibles de La Hague).

 

combustible nucléaire