Démantèlement nucléaire

Avec nos partenaires industriels nous participons à des projets de démantèlement d’installations nucléaires, l’un des enjeux majeurs du secteur nucléaire sur les prochaines décennies compte tenu du nombre de centrales qui devront cesser leur activité.

Les décennies à venir vont être un défi exceptionnel pour notre industrie qui va devoir résoudre des difficultés techniques jamais traitées à ce jour pour démanteler les installations nucléaires en fin de vie de tout type (réacteur, installation d’enrichissement ou de retraitement, etc.)

Dès lors qu’une une installation nucléaire de base est définitivement arrêtée, le démantèlement d’une INB est prescrit par un nouveau décret, pris après avis de l’ASN. Ce décret fixe, entre autres, les principales étapes du démantèlement, la date de fin du démantèlement et l’état final à atteindre.

Afin d’éviter le fractionnement des projets de démantèlement et d’améliorer leur cohérence d’ensemble, le dossier présenté à l’appui de la demande de décret de démantèlement doit décrire explicitement l’ensemble des travaux envisagés, depuis la mise à l’arrêt définitif jusqu’à l’état final visé, et expliciter, pour chaque étape, la nature et l’ampleur des risques présentés par l’installation ainsi que les moyens mis en œuvre pour les maîtriser. Cette demande fait l'objet d'une enquête publique.

Par ailleurs, le code de l’environnement prévoit que la sûreté d’une installation en phase de démantèlement, comme celle de toutes les autres installations nucléaires de base, fait l’objet d’un réexamen périodique, qui a lieu en général tous les dix ans. L’objectif est de s’assurer par ces réexamens que le niveau de sûreté de l’installation est le plus élevé possible jusqu’à la fin des opérations de démantèlement.

En plus de la maîtrise technique indispensable pour réaliser les opérations de démantèlement, les enjeux environnementaux le sont tout autant ; de même que les risques humains doivent être maîtrisés pour faire de ces projets un succès.

C’est pour ces raisons que Sofren et ses partenaires se sont mobilisés pour faire partie des entreprises pouvant évoluer dans cet environnement au travers des certifications et autres qualifications nécessaires. Les équipes de Sofren interviennent sur des sites aussi différents que les centrales de Saint Laurent des Eaux, de Chinon et de l’ancienne centrale de Brennilis.

Les équipes Sofren travaillent dans des domaines aussi variés que le management de projet (notamment la méthodologie et le planning du scénario de démantèlement envisagé), les études mécaniques (démontage et découpe des équipements, études des moyens de levage associés par exemple), les études de déchets , la coordination d’activités opérationnelles sur le terrain, les études réglementaires et les études de sûreté, ainsi que la prise en compte et la gestion des problématiques de radioprotection.

 

Centrales nucléaires